Carte de Deventer

Sur ordre de Charles Quint et de Philippe II, Jacob van Deventer (1500/1503-1575) a effectué, entre 1550 et 1565, le relevé de 73 places des Pays-Bas espagnols. Son travail sur carte se termina en décembre 1571. En province de Luxembourg, Arlon, Bastogne et Chiny ont reçu sa visite. La carte de Chiny daterait de 1565. Elle montre le noyau ancien avec ses rues au tracé toujours reconnaissable dans le tissu urbain actuel. La fortification y est précédée d'un large fossé doublé d'une muraille défendue à l'est par une tour semi-circulaire. La porte se trouve à l'autre extrémité et conduit vers l'ancienne église encadrée dans un losange de rues. A l'extrême pointe de l'éperon, domine le donjon, grosse masse carrée, surveillant l'ensemble du site et son accès vers le bas de la côte, le méandre et le moulin. Quelques bâtiments épars occupent la bourgade médiévale. Vers le sud, en direction du plateau et de la Gaume, la ville s'est développée hors les murs. On y retrouve un schéma typique d'autres villages gaumais où les maisons sont alignées sur une large rue où est réservé, au centre, un îlot comprenant parfois l'église : plan de village forestier articulé sur le chemin arraché « à la forêt pour la pénétrer et en évacuer le bois ».

A. MATTHYS et G. HOSSEY, Le castrum comtal de Chiny, Archaeologia Belgica, 211, Bruxelles, 1979, p. 8 et 9

Carte postale ancienne du début du 20ème siècle.

Panorama de Chiny pris depuis le haut du Terme. Il aide à comprendre le choix d’installation du site fortifié dont tous les contreforts naturels, à l’époque médiévale, devaient être dégagés. A remarquer que tout le versant de la côte de la Goulette est consacré au pâturage. L’actuel Hôtel « Le Point de Vue » n’est qu’une maison particulière.

Vue actuelle de Chiny depuis le haut du Terme.

Carte postale ancienne du début du 20ème siècle.

Panorama sur les quartiers du Fort et du Liry, depuis la roche du Corbeau. Ce qui frappe sur ce document, ce sont les espaces en bord de rivière, rives et côtes, convertis en prés. L’élevage est une des ressources principales de la localité, les fermes à l’époque sont nombreuses. La 1ère maison, à droite, occupe l’emplacement de l’actuel hôtel « Le Point de Vue ».

Carte postale des années 1970. Vue aérienne du quartier du Fort depuis le sud.

On distingue bien la rue du Vivier, vestige du fossé défensif de l’ancien castrum de Chiny. Les maisons construites dans la première moitié du 19ème siècle, suivent son alignement.

Carte postale datant des années 1970.

Vue aérienne de Chiny depuis le sud.